navbar

table des matières

éditorial

introduction par
andrew cohen

ken wilber

père thomas keating

miranda shaw

ramesh balsekar

vernon kitabu turner

ajja

lee lozowick

vimala thakar


Le vif du sujet

Dialogue entre Père Thomas Keating
et Andrew Cohen




Si vous voulez, un jour, tester l’ouverture d’esprit de vos amis spirituels, essayez ceci : avec un visage parfaitement impassible, dites-leur que, pour des raisons spirituelles, vous avez décidé de faire voeu de chasteté pour la vie.
En effet, c’est un aspect curieux du paysage spirituel actuel qui veut que, alors que la popularité des ateliers de "sexualité sacrée" ne cesse d’augmenter, l’abstinence sexuelle - la pratique spirituelle/sexuelle de tout temps la plus honorée et la plus largement embrassée - est devenue presque un tabou. En fait, sur le marché spirituel contemporain, il est rare d’entendre parler de renonciation de quelque sorte que ce soit, et encore moins lorsqu’il s’agit de la force chaotique et primaire responsable de notre existence. Étant donné la culture d’auto-gratification dans laquelle nous baignons tous, personne ne devrait peut-être s’en étonner. Mais lorsque l’on considère l’énorme regain d’intérêt pour le bouddhisme, porteur d’un héritage de deux mille cinq cent ans de célibat monastique, et le fait qu’une immense majorité des saints et des sages les plus révérés de l’histoire dans presque toutes les traditions étaient eux-mêmes des abstinents sexuels à vie, il nous a paru particulièrement surprenant que si peu de chercheurs spirituels modernes ne se donnent la peine de réfléchir au rôle du célibat dans la vie spirituelle.
Ainsi, lorsque nous avons commencé notre recherche pour ce numéro, l’une des questions brûlantes que nous voulions explorer était : quel est exactement le rôle de l’abstinence sexuelle dans la voie spirituelle ? Et plus précisément, quelle est l’expérience réelle de ceux qui ont vécu leur vie spirituelle, à l’intérieur des structures du voeu de chasteté ? Comment les fruits d’un renoncement aussi radical se manifestent-ils dans le coeur humain ? Avec ces questions à l’esprit, nous sommes partis à la recherche d’individus qui étaient non seulement des exemples vivants de réussite sur le chemin spirituel, mais avaient aussi prononcé des voeux perpétuels de chasteté, parce que nous sentions qu’eux seuls seraient en mesure d’éclairer ce sujet rarement discuté et souvent mal compris. Cette recherche nous a rapidement conduit jusqu’au pas de la porte du Père Thomas Keating.
Moine trappiste, prêtre, et ancien abbé, le Père Keating a, au cours des dernières décennies, acquis une renommée internationale par ses efforts novateurs de réinsuffler une vigueur au coeur du mysticisme chrétien en initiant moines et laïques à l’ancienne pratique contemplative chrétienne aujourd’hui appelée "prière recentrante". Au cours de ses cinquante-six années de vie de prêtre célibataire, dont beaucoup consacrées à guider les autres dans la pratique de la chasteté, le Père Keating a manifestement beaucoup réfléchi à l’importance du rôle que le célibat monastique peut jouer dans la vie d’aspirants spirituels sincères. Nous sommes heureux de pouvoir inclure dans ces pages, sa perspective sur cette pratique puissante et difficile, dans le dialogue qui suit avec Andrew Cohen, fondateur de What is Enlightenment?






Commander ce
    numéro
(version anglaise uniquement)


Vous abonner à
    What is
Enlightenment?

(version anglaise uniquement)


envoyer ce lien
à un ami



navbar
accueil numéros précédents page du fonadateur nous contacter nous aider